topqs

Antibiotiques et bactéries multirésistantes

Selon mon médecin, j’ai une bactérie multirésistante aux antibiotiques. Est-il vrai qu’il existe à Ottawa un laboratoire où, grâce à une technique particulière, l’on développe des combinaisons d’antibiotiques capables de vaincre les bactéries récalcitrantes? Si tel est le cas, j’aimerais beaucoup obtenir des informations sur les procédés employés par le laboratoire pour faire ces analyses, sur la fiabilité des « combinaisons gagnantes » et sur les coûts liés à ce type d’opération.

Oui, il est bien exact que nous avons développé une technique pour déterminer en laboratoire quelles combinaisons d’antibiotiques peuvent détruire les bactéries multirésistantes chez les patients fibro-kystiques. Ce procédé nécessite des tests sur 298 différentes combinaisons de deux ou trois antibiotiques dans le cas de Burkolderia cepacia, et sur 361 différentes combinaisons de deux ou trois antibiotiques pour Pseudomonas aeruginosa.

Ces tests sont effectués à l’aide de plaques de plastique, comportant chacune 96 petites ouvertures, ou micropuits, dans lesquels on étale un liquide spécial qu’on appelle bouillon de culture. Des échantillons provenant du patient y sont aussi ajoutés. Un, deux ou trois différents antibiotiques sont ensuite ajoutés individuellement à chaque micropuits. Nous examinons ensuite les plaques après 24, puis 48 heures, pour déterminer si le micropuits est trouble ou s’il est limpide. Un micropuits trouble indique que l’organisme a réussi à se développer en dépit de la présence d’antibiotiques. S’il est limpide, l’organisme a été détruit; nous effectuons alors d’autres tests sur le liquide, pour nous assurer que l’organisme a vraiment été détruit. Nous remettons ensuite au médecin consultant la liste de toutes les combinaisons d’antibiotiques pouvant s’avérer efficaces pour l’échantillon étudié d’un patient donné. Veuillez noter que cette technique est très spécifique; ce qui s’avère efficace chez un patient ne le sera pas nécessairement pour un autre.

Dernièrement, nous avons publié le résultat de notre étude au cours de laquelle un grand nombre de personnes fibro-kystiques ont reçu une combinaison d’antibiotiques établie à partir de notre technique. Les résultats semblent indiquer que le rendement obtenu grâce à notre technique ne serait pas supérieur à celui obtenu par la méthode standard, lorsque vient le temps de sélectionner les antibiotiques à administrer aux patients aux prises avec une infection à bactéries multirésistantes. Cependant, les patients atteints d’une infection plus sérieuse pourraient bénéficier de notre procédé typique. Il est important aussi de signaler que cette technique nous permet de déterminer quelles sont les combinaisons d’antibiotiques à éviter. Après tout, certaines combinaisons permettent à la bactérie multirésistante de se développer facilement.

Notre procédé représente un travail très intensif qui requiert une très grande expertise technique. Les tests coûtent environ 300 $ par échantillon, et c’est ce que l’hôpital facture pour tester des spécimens qui ne proviennent pas de notre établissement hospitalier. Nous effectuons ce test au prix coûtant et espérons simplement que les résultats pourront aider le médecin consultant. Nous ne testons présentement que des organismes multirésistants, c’est-à-dire des bactéries pour lesquelles les tests habituels en laboratoire indiquent une multirésistance aux antibiotiques.

Collaboratrice :
Noni E. MacDonald, M.D., FRCPC
Chef, direction des maladies infectieuses
Directrice, Service de fibrose kystique
Children’s Hospital of Eastern Ontario
Ottawa