Traitements

Traitements pulmonaires

Le traitement de la fibrose kystique converge principalement vers les problèmes pulmonaires, étant donné que la maladie comme telle et la mortalité qui lui est associée sont principalement imputées à l’infection et au mauvais fonctionnement des poumons. Le but des traitements pulmonaires est de détacher et de sortir le mucus qui obstrue les voies respiratoires, afin d’obtenir une bonne fonction pulmonaire. On a recours à plusieurs méthodes.

La prise fréquente d’antibiotiques aide à lutter contre les infections pulmonaires et à les prévenir. Les solutions spéciales en aérosol sont employées pour détacher le mucus dans les poumons et pour le rendre plus fluide.

Par ailleurs, le drainage postural avec «clapping», forme de physiothérapie où l’individu est placé dans différentes positions choisies d’après la zone à drainer pour effectuer des claquages sur les lobes des poumons, aide à déboucher les voies aériennes. Ce moyen permet souvent d’évacuer une grande quantité de mucus. D’autres techniques de drainage, ne faisant pas appel au concours d’une tierce personne, assurent une plus grande autonomie du patient. Soulignons, entre autres, le «huffing» et le drainage autogène.

Dans les cas très graves, les poumons deviennent tellement tailladés à la suite des infections répétées que la seule solution demeure la greffe.

Traitements gastro-intestinaux

Les troubles gastro-intestinaux de la fibrose kystique apparaissent chez environ 85% des personnes atteintes sous forme de mauvaise digestion et de malabsorption des matières grasses, des protéines et des glucides. Avant le traitement, une personne atteinte pourrait consommer le double de la quantité d’aliments prise par une personne normale. Les personnes atteintes de fibrose kystique doivent généralement prendre des suppléments spéciaux d’enzymes pancréatiques pour faciliter la digestion, ils doivent suivre un régime alimentaire spécial riche en calories et en protéines, et compléter leur alimentation avec des suppléments vitaminiques renfermant des vitamines E et parfois des vitamines K.

Les enzymes pancréatiques pris oralement pallient la plupart des déficits causés par la maladie. Ils aident le corps à absorber les valeurs nutritives et réduisent la quantité et le volume des selles, la quantité de gaz qui s’accumule, les douleurs abdominales et la distension.

De plus, les personnes atteintes se voient contraintes d’ajouter du sel à leur régime alimentaire afin de remplacer la grande quantité perdue dans leur sueur.